Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2013

L'APPLICATION DE REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ILLEGALES DANS LES ZONES RURALES

LA REDEVANCE ASSAINISSEMENT COLLECTIF

selon M. Nobert BERT Président du SIAKHOM

qui gère l'assainissement des communes de

BUDLING-ELZANGE- HUNTING- INGLANGE -KERLING LES SIERCK

KOENIGSMACKER - MALLING - OUDRENNE

(MOSELLE)

 

"SON ROLE

L'assainissement est considéré comme un service public à caractère industriel et commercial. A ce titre,le Budget doit obligatoirement être équilibré en recettes et en dépenses.

 

Toutes les dépenses liées à I 'assainissement sont donc répercutées à l'usager par le seul biais de la Redevance Assainissement qui sert à financer les investissements d'assainissement comprenant la construction, l'exploitation et l'entretien des ouvrages nécessaires à la collecte et au transport (réseaux d'assainissement, stations de relevage, stations d'épuration (dépollution) des eaux usées avant leur rejet dans le milieu naturel.

 

BASE DE CALCUL

 

Selon le principe "pollueur-payeur", les dépenses de collecte et de dépollution des eaux usées sont supportées par les usagers à hauteur de leur consommation d'eau potable.

La redevance Assainissement Collectif, dont les tarifs sont fixés par le Syndicat, comprend :

            ● Une part fixe, calculée pour couvrir les charge fixes du service,

            ● Une part variable, fonction de la consommation d'eau potable.

A cela s'ajoute la part des organismes publics (Agence de l'eau Rhin Meuse) et la Taxe sur la Valeur Ajoutée (Passage du taux de TVA de 5.5% à 7%)

Une augmentation des tarifs de l'Assainissement à compter du 1er juillet 2013 a été rendue nécessaire parce que la capacité d'investissement du Syndicat doit être maintenue.

Le SIAKHOM doit, pour respecter ses obligations en matière de qualité de traitement des eaux usées, procéder à la mise aux normes de l'assainissement sur l'ensemble du périmètre du Syndicat.

 LA REDEVANCE D'ASSAINISSEMEMENT A COMPTER DU 01 JUILLET 2013

Les travaux visant à respecter les normes européennes coûtent de plus en plus cher alors que dans le même temps, les volumes donnant lieu à facturation stagnent. Par ailleurs, les subventions   d'équipement pour l'investissement allouées par l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse et le Conseil Général sont moins importantes que par le passé.

Dans ce contexte difficile, le SIAKHOM a dû, à compter du 1er juillet 2013, prendre les mesures nécessaires pour permettre la réalisation de l'important programme d'investissement et le maintien d'un service de qualité aux usagers, mais également la préservation de nos cours d'eau et ressources souterraines en eau potable, avec la mise en place d'une nouvelle tarification de la Redevance d'Assainissement Collectif.

 

QUI PAIE LA REDEVANCE D'ASSAINISSEMENT (COLLECTIF) ?

La Redevance d'Assainissement Collectif est perçue auprès d'une habitation dès lors que celle-ci est située en zone d'assainissement collectif, c'est-à-dire qu'elle est desservie par un réseau d'assainissement en service ou en programmation dans un avenir à court terme.La redevance peut être demandée que l'habitation soit raccordée ou non…"

________________________________________________________________________________

Ce que dit

"LE CENTRE D'INFORMATION SUR L'EAU"

sur "Les redevances d'assainissement collectif"

 

"Le traitement des eaux usées"

Par le Centre d'information sur l'eau, le jeudi 8 août 2013 15:20

"Les réseaux séparatifs

Les matières véhiculées dans les eaux par temps de pluie se déposent facilement. De ce fait, il est intéressant de les traiter par décantation avant de les rejeter. Ces traitements, qui interviennent à la sortie des principaux collecteurs d'eaux pluviales, peuvent voir leur efficacité améliorée par l'ajout de réactifs chimiques.

Les réseaux unitaires

Eaux pluviales et eaux usées étant ici regroupées, le principal problème se pose lors de fortes chutes de pluie : éviter que ce mélange, très nocif, ne se répande dans le milieu naturel, du fait de la "saturation" du système d'assainissement. Pour limiter ces phénomènes de déversement dans le milieu naturel, des "bassins d'orage" sont aménagés pour stocker une partie des eaux et les acheminer vers la station d'épuration pour les traiter.

Le traitement des eaux pluviales

La conception des équipements peut intégrer de différentes manières le traitement des eaux pluviales :

• soit elles sont traitées dans une usine. Cela implique la mise en œuvre d'équipements permettant de faire face aux augmentations soudaines de débit provoquées par les orages, et des traitements adaptés à la composition particulière des eaux de pluie ;
• soit elles sont stockées dans des bassins de retenue ou d'infiltration, de façon à pouvoir étaler le traitement dans le temps.
• soit elles font l'objet d'un traitement ou d'un prétraitement local dans des bassins de décantation, ce qui suppose un entretien permanent, afin d'éviter le développement de bactéries dans les boues décantées et les mauvaises odeurs.
Mises à part ces techniques, il demeure qu'un des moyens les plus efficaces pour gérer la pollution pluviale est la mise en œuvre de solutions alternatives (chaussées drainantes, fossés d'infiltration...). Ces solutions reposent sur l'emploi de techniques préventives qui visent à limiter l'imperméabilisation des sols et le ruissellement des eaux afin de réduire l'apport des eaux de pluie dans les réseaux qui les collectent.

L'usager et l'assainissement collectif

Les obligations et les conditions de raccordement

Le Code de la santé publique précise que "le raccordement des immeubles aux "réseaux publics de collecte" est obligatoire dans le délai de deux ans à compter de la mise en service du "réseau public de collecte", et que "les ouvrages nécessaires pour amener les eaux usées à la partie publique du branchement sont à la charge exclusive des propriétaires" (art. L. 1331-1). Si l'obligation de raccordement n'est pas respectée dans les délais fixés, l'usager court le risque de se voir infliger une pénalité pécuniaire : sa redevance d'assainissement peut être majorée sur décision du conseil municipal, dans la limite de 100 % de son montant initial. La commune, après mise en demeure, peut procéder d'office aux travaux nécessaires, aux frais du propriétaire, même sur le domaine privé. Si le bâtiment est desservi par un réseau unitaire, les eaux usées et les eaux de pluie doivent être rassemblées pour rejoindre les collecteurs publics. En cas de réseau séparatif, il incombe au propriétaire d'évacuer séparément eaux pluviales (en particulier venant des gouttières) et eaux usées.

Les rejets interdits

L'usager est tenu d'observer certaines précautions. Le réseau n'est pas destiné à recevoir les déchets domestiques. Les textes réglementaires sur l'assainissement prohibent l'évacuation de toute substance ou tout produit présentant un risque pour le personnel d'entretien des réseaux, susceptible de dégrader les installations d'assainissement ou d'en entraver le bon fonctionnement tels les hydrocarbures, les acides, les huiles de vidange, les cyanures, les substances toxiques ou inflammables, les médicaments, les sulfures...

De même, les rejets de toute activité professionnelle exercée dans un immeuble d'habitation doivent faire l'objet d'un traitement spécifique, si leur composition diffère de celle des eaux usées domestiques.

L'assainissement des eaux usées à la charge du consommateur

Le droit français met en œuvre le principe "pollueur payeur" pour tous les utilisateurs de l'eau, principe selon lequel les utilisateurs doivent participer à la protection de la ressource puisqu'ils participent à sa pollution par leur rejet de leurs eaux usées. Qu'il dépende d'un réseau d'assainissement collectif ou qu'il utilise une installation d'assainissement autonome, l'utilisateur supporte la charge de l'assainissement au coût du service rendu.

Qui paye la redevance d'assainissement ?

Le paiement du service de l'assainissement par l'usager est institué par le Code Général des Collectivités Territoriales : il est couvert par la "redevance d'assainissement", dont le montant est fixé par la municipalité ou l'organisme intercommunal responsable. Cette "redevance d'assainissement" correspond à la rubrique "collecte et traitement des eaux usées" de la facture d'eau. Elle est calculée sur la base de la consommation d'eau potable et comporte, parfois également, une part fixe qui correspond à l'abonnement.

Dans les deux ans qui suivent la mise en service du système de collecte des eaux usées, la redevance d'assainissement qui figure sur la facture d'eau est due par tout usager situé dans une zone d'assainissement collectif, qu'il soit ou non raccordé au réseau, du moment qu'il y a un réseau et qu'il y est raccordable.

En outre, une redevance appelée "lutte contre la pollution" est perçue pour le compte des Agences de l'eau. Elle est notamment affectée au financement des équipements de collecte et de traitement. En 2007, la part "assainissement" représentait en moyenne 37 % de la facture d'eau."


N.B. : Nous pensons que les usagers des services publics d'assainissement, qui possèdent depuis des années des assainissements individuels imposés dans les permis de construire délivrés par les autorités compétentes (souvent l'Etat en milieu "rural") et qui sont soumis à pareilles "exactions illégales" en les temps de misères et d'impositions de toutes sortes de la part de nos "gouvernants", réagiront pour mettre fin à cette "escroquerie organisée" par des élus qui ne savent même pas qu'un "tarif" en comptabilité publique ne peut pas être modifié en milieu d'année (annuité budgétaire).

Comment peut-on oublier que les SPANC de par la loi, auraient dû être créés, et faire l'état des lieux de l'assainissement non collectif avant fin 2012 !

Est-ce que l'adage "les conseilleurs ne sont pas les payeurs" ne s'applique pas en matière d'assainissement ?

Est-ce que les usagers qui sont escroqués depuis plus de 17 ans pour des "raisons pratiques" de recouvrement par des filiales de la LYONNAISE DES EAUX, entreprises filiales de SUEZ Environnement, de taxes d'assainissement collectif illégales, continuerons longtemps de subir de telles escroqueries ???

Les commentaires sont fermés.